Type d'événement, date(s) et adresse(s)Journée(s) d'étude

Campus Condorcet - Bâtiment EHESS (Salle A 515) 2, cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Au regard de l'histoire, dynamiques de l'exil académique

Lien(s) associé(s)Site du CCJ
Au regard de l'histoire, dynamiques de l'exil académique

L’appartenance des sociétés russes et chinoises à des espaces impériaux façonnés par l’expérience du communisme fait peser une durable suspicion d’altérité sociale et de méfiance politique à leur égard. Cette suspicion est fortement renforcée par les crises du présent (pandémie, guerre, tensions géopolitiques internationales…). Pour penser ces enjeux immédiats et les saisir dans leur historicité, l’objectif de ce séminaire, organisé autour de trois journées d’études thématiques, consiste à rendre justice aux dynamiques sociales et politiques qui permettent de rendre intelligibles ces sociétés. En Chine et en Russie, comment se reconfigurent les pratiques sociales et politiques dans des espaces confrontés à leur manière aux défis du XXe et du XXIe siècle et comment, dans le même temps, se manifeste la présence du passé ? Comment les trajectoires et les réflexions qui accompagnent les choix et les engagements des acteurs permettent tant l’inventivité sociale que la reconfiguration de la contrainte et de l’oppression politique ?

En 2023-2024, les journées  du séminaire animé par Isabelle Thireau (CNRS-EHESS, CCJ-CECMC), Françoise Daucé (CNRS-EHESS, CERCEC) et Sebastian Veg (EHESS-CNRS, CRH, associé au CECMC), Enquêter en Chine et en Russie. À la recherche d’appuis communs pour la réflexion, seront organisées autour du thème commun du décentrement, compris dans une acception sociologique au plus proche des acteurs, de leurs pratiques et de leurs réflexivités. Nous nous appuierons tant sur des matériaux historiographiques que sur des enquêtes de terrain, tant sur des observations en cours que sur des récits rétrospectifs. En proposant un dialogue conjoint aux chercheurs, jeunes et confirmés, qui travaillent sur les sociétés chinoise et russe, il ne s’agit pas de développer des comparaisons terme à terme mais plutôt de partager des problèmes, des références et des réflexions sur les dispositifs et pratiques d’enquête pour contribuer ensemble à une meilleure compréhension des sociétés russe et chinoise et, au-delà, à l’avancement des sciences sociales autour des questions de l’expérience de la rupture historique, des déplacements choisis et subis, de l’action en public, de l’oppression politique ou de l’économie des transformations sociales (en fonction des thèmes choisis pour les journées…).

Les personnes qui souhaitent assister à distance doivent s’inscrire pour recevoir un lien de connexion : S’inscrire à l’UE 542

 

Programme

10h00 - 10h30 : Accueil et introduction

10h30-12h30 : Muséalisation et patrimonialisation, à domicile et en exilModération : Sebastian Veg (EHESS-CNRS, CRH)

  • Jean-Philippe Béjà (CERI),  Les musées du 4 juin (Tiananmen), de Hong-Kong à New-York
  • Dmitry Oparine (Université de Bordeaux, PAUSE), Restauration, muséification et patrimonialisation derrière la façade autoritaire en Russie

12h30 - 14h00 : Déjeuner / buffet à la tisanerie

14h00 – 16h00 : La recherche au défi des déplacements obligésModération : Françoise Daucé (CNRS-EHESS, CERCEC)

  • Jessica Wong (EHESS, Doctorante PAUSE), Parcours de réflexion sur l'exil des militants-étudiants de Hongkong
  • Boris Melnichenko (CNRS-EHESS, CERCEC, Doctorant), Vulnérabilité et exil. Le cas de Svobodnij Universitet (L'Université libre)

16h00 - 16h30 : Pause- café

16h15-18h15 : Les circulations sous contrainte des collectifs académiquesModération : Isabelle Thireau (EHESS-CNRS, CCJ)

  • Laure Zhang (Université de Genève), Quelques réflexions sur l’académie entre décentrement, déplacement, exil et circulations
  • Yulia Sineokaya (IPHI-HIPHIMO), Le monde académique de la Russie en exil à la recherche d'une nouvelle identité